Calendrier Découvertes Nature 2017

Sol, notre héros !

 

Copie de logo_lappel_du_sol_transparent.png

Les solutions pour préserver notre sol, vous les attendiez ?

Et bien, vous allez devoir patienter encore un peu car nous allons nous intéresser de plus près à ce sol si précieux.

Venez faire connaissance avec lui...

 

 

 

Comme nous l’avions évoqué précédemment, on peut parler du sol comme d’un milieu qui couvre la surface de la terre. Mais nous pouvons également parler des sols, car bien qu’ils se ressemblent, ils sont tous différents. Que ce soit par la couleur, la texture, la profondeur,  le type de roche ou encore de végétation… les sols sont très diversifiés,  et changent en fonction de la géographie des lieux mais aussi des activités que nous y pratiquons.

155532-dnc-koichikurita-_ludovicletot_48 (Copier).jpg

kôichi kurita et sa collection de terre

 

Le sol est un héros méconnu, pourtant nous lui devons tout : savez-vous pourquoi ?

Pour faire plus simple, nous parlerons du sol au singulier, mais retenons bien qu’il n’y en a pas qu’un seul.

Premièrement, comme une mère avec son enfant, il nous nourrit !

95 % de notre alimentation dépend de lui soit  99,7 % si l'on considère notre alimentation seulement en calorie. Au niveau mondial, seulement 12,7 % des terres sont fertiles… Malaise !

Deuxièmement, il a un pouvoir filtrant pour notre plus grand bien !

L’eau se recharge en minéraux, essentiels à notre santé, dès qu’elle rend visite à notre héros.

Troisièmement, il pense à nous en faisant des réserves !

Il stocke l’eau pour que nous ne soyons pas en manque. Grâce aux nappes phréatiques, si le sol est en bonne santé, nous disposons d’une eau de qualité toute l’année. Il la stocke lors des périodes de pluies et nous la restitue lors des périodes sèches.

Quatrièmement, il est purifiant !

Il stocke entre 1500 et 2400 milliards de tonnes de carbone organique. Ces stocks sont présents en grande majorité dans les sols forestiers, dans les sols agricoles et surtout dans les prairies permanentes.

Cinquièmement, ses habitants prennenta aussi soin de nous.

Nous l’avions également évoqué, il y a plus d’êtres vivants dans une cuillère de sol sain que d’êtres humains sur terre. Le sol c’est 25 % de la biodiversité mondiale, de taille très diverse, ces organismes nous sont indispensables pour la dégradation de nos déchets et l’assimilation des nutriments par les plantes.

Il nous protège, mais, est-ce que nous en vallons vraiment la peine ?

Je vous laisserai répondre à cette question après avoir lu le reste de l’article.

Première menace pour le sol : L’artificialisation par l’homme.

C’est-à-dire les espaces verts des villes, les terrains de sport, les zones d’habitats, les zones industrielles, commerciales, portuaires, minières ou encore les infrastructures de transport pèse sur sa survie, car elle est généralement faite sur des terres agricoles et des espaces naturels.

Certes, nous avons besoin de développement, mais l’artificialisation est plus rapide que l’augmentation de la démographie française. En plus de cela, nous laissons derrière nous des zones construites par l’homme qui sont ensuite abandonnées, sans aucun signe de vie…

Même si l’artificialisation représente seulement 9,6 % du territoire, elle se propage au rythme de 27m² par seconde, soit 321 terrains de foot par jour ou la taille du 6ème arrondissement de Paris en une journée.

Regardez ce que la France serait si elle faisait 100m².              

france sol 100m².PNG

Deuxième menace : L’érosion.

C’est un phénomène de disparition irréversible de la couche supérieure du sol sous l’effet du vent et de la pluie. Le sol, lorsqu’il n’est pas couvert par de la végétation, il n’est alors plus maintenu par les racines plantes ce qui augmente sa vulnérabilité. L’érosion touche les sols agricoles labourés et laissés nus entre deux cultures, ainsi que durant l’hiver. Les chantiers (infrastructures de transport et aménagements) favorisent également l’érosion. En Outre-mer, ce sont les fortes pluies qui emportent les sols de manière irréversible vers le lagon.

Troisième menace : La contamination.

Qu’elle soit d'origine industrielle ou agricole, le sol est contaminé. C’est aujourd'hui, un des plus gros problèmes en France. Que la contamination industrielle soit ponctuelle, liée à un déversement, volontaire ou involontaire, voire diffuse, sa trace, elle, perdure à travers le temps. Il y a 400 000 sites français potentiellement pollués par deux siècles d’activités industrielles. Les régions les plus touchées sont le Nord, le Rhône-Alpes et l’Ile-de-France. Il est donc indispensable de dépolluer ou de surveiller ces sols contaminés, d’autant plus lorsque l’on sait que 2890 écoles, crèches et établissements scolaires sont construits sur ou à côté de ces sols…

Quand cette contamination est agricole, c'est l’utilisation de pesticides ou l’épandage de matière fertilisante qui perturbe notre sol.

100 000 hectares de friches industrielles en France pourraient être réhabilitées… qu’attendons-nous ?

Quatrième menace : La tassement.

Les engins lourds tassent le sol et enlèvent les espaces aérés créés par la biodiversité du sol. Le sol devient une espèce de vieille éponge toute plate. Ce phénomène touche autant les terres agricoles que les terres forestières ou urbaines. Si son ampleur est aujourd’hui méconnue, ses effets, en revanche, le sont : moindre capacité à absorber et stocker l’eau, abaissement de la capacité de filtration, diminution de la biodiversité accroissant du même coup la vulnérabilité au changement climatique et à l’érosion.

Cinquième menace : La diminution de la teneur en matière organique.

La baisse de la teneur en matière organique des sols est une menace forte sur les sols français, alors même qu’elle a un rôle majeur dans la fertilité des sols et la résistance de ce milieu par rapport aux autres menaces (tassement, érosion et contamination). Composée à 58 % de carbone, la matière organique fait des sols des puits de carbone majeur. C’est donc un des plus gros levier de lutte contre le changement climatique. Or, les pratiques culturelles intensives nuisent à ce taux de matière organique, qui est en baisse dans plus de 20 % des régions françaises (Bretagne, Franche-Comté…).

100+000+hectares+de+terres+proches+des+villes+exigent+une+dépollution.png

Alors, pensez-vous que nous vallons vraiment la peine que le sol prenne autant soin de nous sachant ce que nous lui faisons subir ?

Tout comme vous, nous ne savons que répondre à cette question, mais d’autres ont répondu pour nous. Voici leur message :

« Contrairement à l’air et l’eau le sol n’est toujours pas protégé, ni au niveau national, ni au niveau européen ! »

C’est donc pour cela qu’il faut adopter une législation cadre pour changer la situation et faire évoluer nos pratiques.

Copie de logo_lappel_du_sol_transparent.png

 

Comment soutenir notre sol ?

 

En remplissant ce formulaire à renvoyer à FNE.

 

 D'autres articles sur le sujet sont à venir... Soyez patients !

 

 

nous rejoinde                       

A noter dans votre agenda

Juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
5
6
7
8
9
12
13
14
15
19
20
21
22
26
27
29
30
Calendrier Découvertes Nature 2017   visuel estivales2017 web

tresor-dans-mon-jardin

 

 

Rechercher